jeudi 13 décembre 2018

AU ROYAUME DES AVEUGLES LES BORGNES SONT LES ROIS!




Au pays des aveugles, les borgnes sont les rois !


Mon grand père Gaston qui, bien que communiste (tendance Staline bien entendu), n'en n'était pas moins un saint homme (mais il savait comme personne manier l'art du paradoxe) était très friand de phrases toutes faites telle que celle ci pour qualifier les individus qui lui frappaient un peu sur le système. Ainsi parlait il de l'un de ces voisins qui, à Marseille, n'ayant été que simple guichetier dans un café théâtre, se faisait passer par milles entourloupes dialectiques pour le directeur du dit établissement. La parole vaut le geste dans de nombreux cas et personne parmi les villageois constituant l'auditoire de cet individu ne pouvait vérifier ses dires. Mon grand père si car il l'avait côtoyé justement dans cette ville lorsqu'il y était sapeur pompier. Maintenant avec internet, espace où il sera bientôt possible de vérifier quel type de sous vêtement vous portiez le 24 avril 1975 (révolution des œillets au Portugal) ce genre d'entourloupe est de plus difficile. Mais certaines personnes par force de bagout y arriveront toujours... Mais je m'éloigne, enfin pas tellement.... je voudrais vous relater ici un fait, que la semaine dernière, samedi soir pour être précis, j'ai pu vérifier de visu. Il y a quelques années travaillant dans une librairie parisienne spécialisée sur le théâtre et côtoyant ainsi une flopée de comédiens célèbres ou non, d'apprentis comédiens, d'aspirants aux feux de la rampe (certains ont réussi, je les vois parfois à la télévision, d'autres s'y sont brûlés les ailes et ont disparu) j'avais lu dans une revue spécialisée que certains de ces histrions ne réussissant pas à devenir ne serait ce que d'honorables comédiens deviennent des metteurs en scène. Certains restent sur la capitale , mais d'autre émigrent tels de malheureux corbeaux vers la province, leur province d'origine ou une choisie au hasard d'une escapade régénératrice. A ce sujet avez vous remarqué que lorsque un créateur n'a plus d'idée il va toujours se « ressourcer » quelque part ? Donc il devient metteur en scène et le provincial l'accueille comme le messie (vous pensez messieurs dames un Artiste Parisien!). Alors il en profite le bougre et va ainsi chercher au travers de quelques pauvres ères qu'il manipulera à façon, le succès qu'il n'a jamais atteint en tant qu’interprète ! Il lui arrivera même à se toquer d'écrire ses pièces et à se rêver en Molière... Mais dans le fond il ne restera souvent qu'un simple « Poquelin » à faire tapisserie parmi les grands.
Par décence et courtoisie envers une personne je ne dévoilerais pas son identité et je terminerais par une autre maxime (celle ci entendue dans le Nord) : « L'étron monte à cheval et en plus il s'y tient » !

Et n'oublions pas que :
SANS ÉLOGE FLATTEUR IL N'Y A PAS D’ÉLOGE BLAMEUR !

Le Petit Rapporteur.



La Plaze 13 Décembre 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire